Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 10:41

il fait gris

dieu vient de naître

il fait gris et c'est beau

2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 21:06

leur dire qu'il n'y a pas

de théâtre sans joie

pas plus que de pain

sans eau ni farine

 

leur dire qu'il n'y a pas

d'acteur sans homme

de lumière sans regard

ni de regard sans lumière

 

leur dire qu'il n'y a pas

de scène sans le monde

qui tourne dehors et son

murmure comme un ruisseau

 

leur dire qu'il n'y a pas

au théâtre d'homme sans

parole de parole dépourvue

de sang et d'ombre

 

leur dire qu'il n'y a pas

de masque sans vérité

de vérité sans blessure

et de blessure sans grâce

27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 21:22

il y a longtemps

longtemps au fond de toi

il se demandait (je)

qu'est-ce que je fais là

 

pourquoi m'a-t-il été donné d'être

à moi à moi pas à d'autres

il y a longtemps longtemps

longtemps au fond de lui

 

ce mot de moi lui étouffait la bouche

 

2

ce qu'il admirait le plus dans le ciel étoilé

c'est le gouffre qui sépare les étoiles

et non l'eau du fond des puits

mais l'écho où se perdait sa voix

 

maintenant il pleut

il se souvient des combattants

qui ont cessé le combat

il se souvient des vaincus

 

feuilles mortes je vous salue

vous en êtes les garants

hommes gelés écoutez-moi

l'arbre fut vert il y eut un printemps

 

3

il sait (je) ce que ses larmes

à la pluie doivent et son sang

au feu et ses bras aux branches

 

maintenant que le vent a cessé

maintenant que les platanes

aux formes d'hommes inverses

 

se taisent et qu'il s'entend respirer

il y a longtemps longtemps longtemps

longtemps au fond de moi

24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 15:59

notre lit est ouvert et toute la journée

le reste pour pouvoir fuir vers l'étoile pourpre

comme les barques libres sur les fleuves larges

que nous traverserons que nous traverserons

 

toute la nuit des cascades de rêves pleuvent

sans bruit l'Iliade est là Hector est mort tu pleures

tu traduis des poèmes je bois tes cheveux

des bouquets de livres couronnant nos chevets

 

sous l'oreiller dorment des pages non écrites

le vent l'amour la cloche les chiens nous réveillent

nos enfants très beaux sont notre paix notre joie

ô la nuit est longue que c'est bon que c'est bon

15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 17:11

l'Amour m'a tué dit

le Serviteur l'Amour

m'a défait comme la

pluie sur le buisson blanc

 

sans sa neige il n'est plus

rien qu'un buisson d'épines

dans les buissons d'épines

sous la pluie qui ne cesse

 

la pluie qu'il ne sait dire