Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 18:39

bien qu'une petite limace

méticuleusement en lèche

à chaque instant les parois sales

 

bien que s'y balancent des algues

régulières et alanguies

sans une vague au-dessus d'elles

 

bien que de petits poissons

phosphorescents ou colorés

tournent en rond et sous des rocs

se cachent dès que l'oeil s'approche

 

bien qu'un crabe patiente l'heure

où quelque proie près de sa pince

passe, et que des mollusques songent

enfoncés au sable d'argent

aux monstres qu'ils auraient pu être

 

bien que la tige d'un lotus

se dresse jusqu'à la surface

jusqu'à ce calme lentement

pour un jour offrir le parfum

enchanteur de sa fleur solaire

 

l'âme n'est pas un aquarium

5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 22:23

c'est un pas qui vient de loin

c'est un pas en toi depuis longtemps

qui ne décidera pas de tout

qui a depuis longtemps de tout décidé

c'est ce pas pensé chaque jour

que tu fais enfin

28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 09:13

1.

L'homme contemporain ne supporte pas l'idée d'être un petit.

2.

Sentant pourtant qu'il est bien des choses qui le dépassent et l'écrasent, l'homme contemporain rapetisse les choses qui l'entourent pour les mettre, non à sa hauteur, mais plus bas que lui. Ainsi tente t-il de faire de la mort, comme de l'amour.

3.

Les vieux moyens de ce rapetissement du monde et des choses, des êtres et des sentiments, sont l'humiliation, la bouffonnerie, le cynisme. Mais le moyen propre à l'homme contemporain est le sympa.

4.

Le sympa ne doit pas s'entendre comme l'abréviation du sentiment de sympathie (ou de l'adjectif sympathique); il est, on peut dire, la traduction francophone du cool amércain.

5.

Le sympa n'est pas l'équivalent du divertissement pascalien; il est un formol permanent, un anesthésiant de l'âme, qui évite à l'homme d'être l'homme, en amolissant les rapports humains, en nimbant tout naufrage d'un halo. Au contraire de l'hydre, dont les cibles vont se multipliant à mesure qu'on les frappe, c'est un monstre de brouillard contre lequel on n'a aucune prise.

6.

Je cherche parfois un canif contre lui, contre lui j'aiguise mes canines. Mais c'est un piège du sympa. Qui montre les crocs ou dégaine face au sympa, devient inexistant au monde. On le rejette, on l'efface, on le détruit.

7.

La seule arme face au sympa (qui mêle en lui mensonge, couardise, servilité) est la sainteté, parce que la vraie joie et la vraie bonté sont les seules lames et les plus tranchantes et les plus souples qui soient. Le sympa n'a d'autre choix que d'éviter le saint ou de se laisser percer par lui.

8.

De tout ce qui précède il résulte qu'il nous faut aujourd'hui des saints fiers de leur petitesse, totalement mêlés au monde, acceptant en des temps désespérants le désespoir de n'être jamais assez saints parce que ne désespérant jamais de Dieu, et en cela parfaitement bons et joyeux - afin que la vérité ne meure pas et que l'homme soit sauvé.

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 11:36

une hirondelle entre dans la maison

s'assomme à la fenêtre

 

dès qu'on ouvre elle fuit

ce ciel trop étroit que nous habitons 

 


21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 14:11

on avait fait le tour des vignes

pas un s'était fait embaucher

un grand rouquin nous a fait signe

on s'est doucement avancés

 

Moi j'ai du travail venez-voir

on a suivi ce grand bonhomme

pour la clarté de son regard

qui nous tirait du mauvais somme

 

Matthieu a dit Ouais mais la paye

la paierez-vous il est si tard

Je paie chaque heure de soleil

le prix d'un jour de l'aube au soir

 

son vin coulait dans nos oreilles

la nuit montait auguste et noire

foulant nos coeurs grappes vermeilles

sa parole était un pressoir

 

on l'a suivi dans son domaine

celui pour qui l'heure vaut jour

j'étais comme un agneau qu'on mène

jusqu'à sa mère au lait d'amour

 

le lendemain taillant la vigne

frais et dispos comme outres neuves

dans nos mains se creusaient des lignes

aussi profondes que des fleuves