Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 11:17

ScannedImage-22causerie des folles.

 

antique et charnel souvenir, je vois trois sorcières à plumes qui font causette :

 

- Quel goût de cerise !..., dit l’une.

- Vous voulez dire de fraise des bois !..., reprend la seconde.

- De mûre sauvage !, rétorque la troisième.

 

et, le temps d’une saison, s’éloignent du foie de Prométhée

2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 11:15

ScannedImage-21chant de Prométhée quand il fut sage.

 

 

j’ai volé le nécessaire – lumière lumière lumière

sans effacer la nuit

ce n’était rien de trop – rien de trop

l’ingratitude m’a payé de son fruit – lumière, lumière

haut, noir et lourd mystère

ce n’était rien de trop – rien de trop

1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 11:14

ScannedImage-20le roi Midas.

qu’est-ce que c’est ce bruit
de chien bâtard qui grelotte?

c'est le roi Midas qui pleure

qu’est-ce qu’il pleure le roi
pour pleurer comme ça
comme une bête comme un maudit?

aucune larme pour Orphée
qui lui apprit à lire les choses
qui eut le chef tranché

aucune larme pour Silène
qui l’enchanta de si beaux contes
venus des îles Hyperboréennes

aucune larme pour Gordias
dont le nœud fut tranché
et des flots de sang inondèrent l'Asie

aucune larme pour la Musique
qu’il entendait si mal
s’élevant du torse d'Apollon

aucune larme pour son Coiffeur
qui ne sachant cacher la bête
cria le secret et mourut

aucune larme pour le Bœuf
dont il a bu le sang
qui le tuera bientôt

qu'est-ce qu’il pleure alors le roi
en vieil animal ? est-ce
la mort venant, les plaisirs loin
tout cet or autrefois
jailli de ses doigts?

trois fois oui
trois fois non

le roi Midas pleure
que tout ce qu’il touche en cette heure
se change en boue
se change en spectre
se change en merde affreuse

putréfaction, fantôme
ou cendres ou néant

le roi Midas pleure
que tout ce qu’il touche en cette heure
lui soit miroir de ce qu’il fut

31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 11:12

ScannedImage-19le miroir.

 

parle-moi grand miroir au tain défait
grand miroir usé devant quoi je joue

ton cadre usé d’or faux et tes rayures
la poussière même et les traces qui te couvrent
et ce collier d’ombres tout me plaît devant toi

car tu me dis un reflet imparfait
qui est moi plus que toute image
qui me déformant m’abîmant me dit plus vrai

c’est pour toi d’abord que je crée mes personnages
Doña Sol Hernani et Rodrigue et Chimène
et je suis moi enfin quand ton reflet me nie

j’apprends l’être d’un autre et dis ses mots
par cœur heureux du rôle à naître
et de l’élargissement de mon cœur

miroir regarde-moi que je ne voie plus bien
qui je suis qui je deviens je salue
cette ombre inconnue ombre vivante ombre claire

je la salue et me demande où mène
la route qui reflète en mon miroir ma route
lumière écaillée danse d’ombres vie plus vraie

verse encor grand miroir au tain défait
dans mon salon les larges flots de nos secrets

29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 11:11

ScannedImage-18l’oracle.

devenir couleur des morts
a dit l'oracle

regarde je meurs droit et
rouge dit l'arbre

vois ce que balaie ma joie
hurle le vent

croire au-delà de l'automne
diront mes cendres