Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 17:23

MARTA (ivre) : Et chaque événement de ma vie depuis ce moment-là paraît désormais différent, parce que je sais que tout autour de moi demeure en amour. Je ne le remarquais pas, parce que je n’aimais pas. Il me semblait, qu’il y avait autour de moi tant de merde et tant de malheur. Je ne voyais que de la merde, il me semblait que tout ce pays, n’est qu’une merde seule et entière. Que tous ces congénères, tous ces amis à moi, tous sont une vraie merde, tous ils parlent tout le temps de cette vraie merde, tout ça est une vraie gerbe, tout ce monde est une vraie gerbe. Où que je sois, putain, je ne le supportais pas, mes parents, putain, n’aiment personne mon mec est simplement une espèce de con d’avorton stupide, nulle pat il n’y a aucune vie, tout est mort autour, tout est fait d’une sorte de pâte à modeler et de plastique, il n’y a de vie chez personne, personne ne ressent foutrement rien, personne putain ne ressent, et ce qui est le plus essentiel, personne ne ressent, ce qui se passe, je pensais, pour quelle raison à la con dois-je vivre dans ce putain de monde en caoutchouc, avec ces putains de gens en plastique qui ne font que bouffer, baiser et dormir ? Je pensais que dans tout ça il n’y avait pas la moindre goutte de sens, et maintenant je vois que du sens il y en a, Gustav. Le sens est dans l’amour, Gustav. Maintenant je t’ai rencontré, Gustav et j’ai compris que l’essentiel dans tout ça c’est l’amour, parce que dans tout ça, en fait, il y a de l’amour. Parce que la vie est amour. En fait, la vie est amour. En fait, l’amour c’est la vie même. Si tu aimes tu vis, si tu n’aimes pas, tu dors ou tu vis dans la merde. Le monde est toujours tel, qu’il est, ce qui importe c’est si tu sais aimer ou pas. Peu importe, comment est le monde, ce qui importe c’est si tu sais aimer ou pas. Peu importe comment est la vie, il n’y a que l’amour qui importe. Seul amour importe et rien d’autre. Si tu aimes, tu vis, si tu n’aimes pas, tu n’es qu’un putain de morceau de polystyrène et c’est tout. Soit tu es dans l’amour soit tu es dans la merde, tu me comprends, Gustav ?

 

Ivan VIRIPAEV, les Enivrés, Acte II, scène 1, éditions les Solitaires intempestifs, 2014

14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 09:33

Ah ! la lumière ! la lumière toujours ! la lumière partout ! Le besoin de tout c’est la lumière. La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire. Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser, mettez des livres partout ; enseignez, montrez, démontrez ; multipliez les écoles ; les écoles sont les points lumineux de la civilisation.

Vous avez soin de vos villes, vous voulez être en sûreté dans vos demeures, vous êtes préoccupés de ce péril, laisser la rue obscure ; songez à ce péril plus grand encore, laisser obscur l’esprit humain. Les intelligences sont des routes ouvertes ; elles ont des allants et venants, elles ont des visiteurs, bien ou mal intentionnés, elles peuvent avoir des passants funestes ; une mauvaise pensée est identique à un voleur de nuit, l’âme a des malfaiteurs ; faites le jour partout ; ne laissez pas dans l’intelligence humaine de ces coins ténébreux où peut se blottir la superstition, où peut se cacher l’erreur, où peut s’embusquer le mensonge. L’ignorance est un crépuscule ; le mal y rôde. Songez à l’éclairage des rues, soit ; mais songez aussi, songez surtout, à l’éclairage des esprits. (Applaudissements prolongés)

Il faut pour cela, certes, une prodigieuse dépense de lumière. C’est à cette dépense de lumière que depuis trois siècles la France s’emploie. Messieurs, laissez-moi dire une parole filiale, qui du reste est dans vos cœurs comme dans le mien : rien ne prévaudra contre la France. La France est d’intérêt public. La France s’élève sur l’horizon de tous les peuples. Ah ! disent-ils, il fait jour, la France est là ! (Oui ! oui ! Bravos répétés)

Qu’il puisse y avoir des objections à la France, cela étonne ; il y en a pourtant ; la France a des ennemis. Ce sont les ennemis mêmes de la civilisation, les ennemis du livre, les ennemis de la pensée libre, les ennemis de l’émancipation, de l’examen, de la délivrance ; ceux qui voient dans le dogme un éternel maître et dans le genre humain un éternel mineur. Mais ils perdent leur peine, le passé est passé, les nations ne reviennent pas à leur vomissement, les aveuglements ont une fin, les dimensions de l’ignorance et de l’erreur sont limitées.

Prenez-en votre parti, hommes du passé, nous ne vous craignons pas ! allez, faites, nous vous regardons avec curiosité ! essayez vos forces, insultez 89, découronnez Paris, dites anathème à la liberté de conscience, à la liberté de la presse, à la liberté de la tribune, anathème à la loi civile, anathème à la révolution, anathème à la tolérance, anathème à la science, anathème au progrès ! ne vous lassez pas ! rêvez, pendant que vous y êtes, un syllabus assez grand pour la France et un éteignoir assez grand pour le soleil ! (Acclamation unanime. Triple salve d’applaudissements)

Je ne veux pas finir par une parole amère. Montons et restons dans la sérénité immuable de la pensée. Nous avons commencé l’affirmation de la concorde et de la paix ; continuons cette affirmation hautaine et tranquille.

Je l’ai dit ailleurs, et je le répète, toute la sagesse humaine tient dans ces deux mots : Conciliation et Réconciliation ; conciliation pour les idées, réconciliation pour les hommes.

Messieurs, nous sommes ici entre philosophes, profitons de l’occasion, ne nous gênons pas, disons des vérités. (Sourires et marques d’approbation) En voici une, une terrible : le genre humain a une maladie, la haine. La haine est mère de la guerre ; la mère est infâme, la fille est affreuse.

Rendons-leur coup sur coup. Haine à la haine ! Guerre à la guerre ! (Sensation)

Savez-vous ce que c’est que cette parole du Christ : « Aimez-vous les uns les autres » ? C’est le désarmement universel. C’est la guérison du genre humain. La vraie rédemption, c’est celle-là. Aimez-vous. On désarme mieux son ennemi en lui tendant la main qu’en lui montrant le poing. Ce conseil de Jésus est un ordre de Dieu. Il est bon. Nous l’acceptons. Nous sommes avec le Christ, nous autres ! L’écrivain est avec l’apôtre ; celui qui pense est avec celui qui aime. (Bravos)

Ah ! poussons le cri de la civilisation ! Non ! non ! non ! nous ne voulons ni des barbares qui guerroient, ni des sauvages qui assassinent ! Nous ne voulons ni de la guerre de peuple à peuple, ni de la guerre d’homme à homme. Toute tuerie est non seulement féroce, mais insensée. Le glaive est absurde et le poignard est imbécile. Nous sommes les combattants de l’esprit, et nous avons pour devoir d’empêcher le combat de la matière ; notre fonction est de toujours nous jeter entre les deux armées. Le droit à la vie est inviolable. Nous ne voyons pas les couronnes, s’il y en a, nous ne voyons que les têtes. Faire grâce, c’est faire la paix. Quand les heures funestes sonnent, nous demandons aux rois d’épargner la vie des peuples, et nous demandons aux républiques d’épargner la vie des empereurs. (Applaudissements)

C’est un beau jour pour le proscrit que le jour où il supplie un peuple pour un prince, et où il tâche d’user, en faveur d’un empereur, de ce grand droit de grâce qui est le droit de l’exil.

Oui, concilier et réconcilier. Telle est notre mission, à nous philosophes. Ô mes frères de la science, de la poésie et de l’art, constatons la toute-puissance civilisatrice de la pensée. À chaque pas que le genre humain fait vers la paix, sentons croître en nous la joie profonde de la vérité. Ayons le fier consentement du travail utile. La vérité est une et n’a pas de rayon divergent ; elle n’a qu’un synonyme, la justice. Il n’y a pas deux lumières, il n’y en a qu’une, la raison. Il n’y a pas deux façons d’être honnête, sensé et vrai. Le rayon qui est dans l’Iliade est identique à la clarté qui est dans le Dictionnaire philosophique. Cet incorruptible rayon traverse les siècles avec la droiture de la flèche et la pureté de l’aurore. Ce rayon triomphera de la nuit, c’est-à-dire de l’antagonisme et de la haine. C’est là le grand prodige littéraire. Il n’y en a pas de plus beau. La force déconcertée et stupéfaite devant le droit, l’arrestation de la guerre par l’esprit, c’est, ô Voltaire, la violence domptée par la sagesse ; c’est ô Homère, Achille pris aux cheveux par Minerve ! (Longs applaudissements)

Et maintenant que je vais finir, permettez-moi un vœu, un vœu qui ne s’adresse à aucun parti et qui s’adresse à tous les cœurs.

Messieurs, il y a un romain qui est célèbre par une idée fixe, il disait : Détruisons Carthage ! J’ai aussi, moi, une pensée qui m’obsède, et la voici : Détruisons la haine. Si les lettres humaines ont un but, c’est celui-là. Humaniores litteræ Messieurs, la meilleure destruction de la haine se fait par le pardon. Ah ! que cette grande année ne s’achève pas sans la pacification définitive, qu’elle se termine en sagesse et en cordialité, et qu’après avoir éteint la guerre étrangère, elle éteigne la guerre civile. C’est le souhait profond de nos âmes. La France à cette heure montre au monde son hospitalité, qu’elle lui montre aussi sa clémence. La clémence ! mettons sur la tête de la France cette couronne ! Toute fête est fraternelle ; une fête qui ne pardonne pas à quelqu’un n’est pas une fête. (Vive émotion. bravos redoublés) La logique d’une joie publique, c’est l’amnistie. Que ce soit là la clôture de cette admirable solennité, l’Exposition universelle. Réconciliation ! réconciliation ! Certes, cette rencontre de tout l’effort commun du genre humain, ce rendez-vous des merveilles de l’industrie et du travail, cette salutation des chefs-d’œuvre entre eux, se confrontant et se comparant, c’est un spectacle auguste ; mais il est un spectacle plus auguste encore, c’est l’exilé debout à l’horizon et la patrie ouvrant les bras ! (Longue acclamation ; les membres français et étrangers du congrès qui entourent l’orateur sur l’estrade viennent le féliciter et lui serrer la main, au milieu des applaudissements répétés de la salle entière)

 

Victor HUGO, fin du Discours d'ouverture du Congrès littéraire international, Paris, 7 juin 1878.

18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 22:40

"Mêlant à des bribes de Virgile les secs récits de voyage du banquier son père, Henri-Maximilien imaginait, par-delà des monts cuirassés de glace, des files de cavaliers descendant vers de grands pays fertiles et beaux comme un songe : des plaines rousses, des sources bouillonnantes où boivent des troupeaux blancs, des villes ciselées comme des coffrets, regorgeant d'or, d'épices et de cuir travaillé, riches comme des entrepôts, solennelles comme des églises ; des jardins pleins de statue, des salles pleines de manuscrits rares ; des femmes vêtues de soie accueillantes au grand capitaine ; toutes sortes de raffinements dans la mangeaille et la débauche, et, sur des tables d'argent massif, dans des fioles en verre de Venise, l'éclat moelleux du malvoisie."

Marguerite YOURCENAR, L'OEuvre au noir, Première partie : la Vie errante, chapitre 1 : le Grand chemin, 1968.

7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 14:28

CALPURNIA :

Caesar, I never stood on ceremonies,

Yet now they fright me. There is one within,

Besides the things that we have heard and seen,

Recounts most horrid sights seen by the watch.

A lioness hath whelped in the streets;

And graves have yawn'd, and yielded up their death;

Fierce fiery warriors fight upon the clouds,

In ranks and squadrons and right form of war,

Which drizzled blood upon the Capitol;

The noise of battle hurtled in the air,

Horses did neigh and diving men did groan,

And ghosts did shriek and squeal about the streets.

O Caesar ! these things are beyond all use,

And I do fear them.

27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 14:05

CASSIUS :

You are dull, Casca, and those sparks of life

That should be in a Roman you do want,

Or else you use not. You look pale and gaze

And put on fear and cast yourself in wonder,

To see the strange impatience of the heavens :

But if you would consider the true cause

Why all these fires, why all these gliding ghosts,

Why birds and beasts from quality and kind,

Why old men fool and children calculate,

Why all these things change from their ordinance,

Their natures and preformed faculties,

To monstrous quality, why, you shall find

That heaven hath infused them with these spirits

To make them instruments of fear and warning

Unto some monstrous state.

Now could I, Casca, name to thee a man

Most like this dreadful night,

That thunders, lightens, opens graves, and roars

As doth the lion in the Capitol,

A man no mightier than thyself or me

In personal action, yet prodigious grown

And fearful, as these strange eruptions are.