Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2006 2 12 /12 /décembre /2006 09:40

elle est là

comme une offrande aux dieux un don de Dieu

nue

il est là pareillement

dans le soleil – leurs regards innocents

 

 

enfermés chacun par leur chair

le même mystère qui va s’échapper

la même lumière à boire

la même présence qui s’en va là au-delà loin

jusqu’à rejoindre l’autre, loin

 

et

sous la peau de l’un sous la peau de l’autre

dans l’accord des profondeurs l’on entend

la musique – un piano à queue qui soupire Bach en ineffables gémissements

 

 

ultimes sursauts des visages   mouvants

ultimes soupirs des corps      mourants

 

 

silence, la chanson douce du sang

la paix du sang le sang commun la paix commune

l’unique présence

 

 

le vieux monde recommence

8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 21:11

 

                                                    

                                                      Annonciation, collage, octobre 2006

4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 09:44

ô le céleste enracinement de nos cœurs

dans cette terre chérie !

30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 21:49

 

 

la joie (détail), mai 2005

28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 18:12

le verbe faire est lourd comme une masse de forgeron que l’on soulève sur le feu

le verbe faire est lourd comme le ciel et la grâce

le verbe faire est lourd de tout le poids de la parole

- gardons-nous d’être par lui dévorés, tout crus

il est le fossoyeur des discours idéologiques

et l’accoucheur de grands secrets cosmiques

il est notre salut

que signifie-t-il ? mourir, car au bout de toute action nous attend la mort, en ce point fixe qu’elle a noué en nous, dès le souffle 1

et faire, alors, c’est naître d’abord, et toujours

c’est dire JE, et quitter le corps de notre mère, le pays de nos pères, quitter Dieu le Papa Tout-Puissant et sa Maman Sainte, Immaculée,

pour aborder, les pieds dans la gadoue, à la grande solitude.

- TOUT CELA, JE L’AI FAIT