Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 16:54

Babel – juin 2003

 

toute la terre avait un seul langage et les mêmes mots. or, en partant du côté de l’orient, les hommes trouvèrent une plaine au pays de Chinéar, et ils s’y établirent. ils se dirent l’un à l’autre : « allons ! faisons des briques et cuisons-les au feu. » la brique leur tint lieu de pierre et le bitume leur tint lieu de mortier. ils dirent : « allons ! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet soit dans les cieux, et faisons nous un nom, de peur que nous ne soyons dispersés à la surface de toute la terre. »

le Seigneur descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes.

Genèse, 11, 1-5

 

16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 13:34

la vision d’Isaïe – mai 2003

 

l’un des anges vola vers moi, ayant dans sa main une pierre brûlante qu’il avait prise dans une des pinces au-dessus de l’autel. il lui fit toucher ma bouche et dit : « vois ! ceci a touché tes lèvres : ta faute est écartée et ton péché expié. » j’entendis la voix du Seigneur qui disait : « qui donc enverrai-je et qui ira en mon nom ? » je dis : « me voici. envoie-moi. »

Isaïe, 6, 6-9

 

14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 15:08

le combat de Jacob - avril 2003

 

 

 

cette nuit-là, il se leva, prit ses deux femmes, ses deux esclaves et ses onze enfants, et il passa le gué du Yabboq. il les prit et leur fit passer le torrent ; il fit passer aussi tout ce qui était à lui. Jacob resta seul. un homme combattit avec lui jusqu'à la montée de l'aurore. voyant qu'il ne pouvait l'emporter sur lui, il toucha le creux de sa hanche, et le creux de la hanche de Jacob se démit pendant qu'il combattait avec lui. il dit : « laisse-moi partir, car l'aurore est montée. ». Jacob dit : « je ne te laisserai pas partir que tu ne m'aies béni. ». il lui dit : « quel est ton nom ? ». il dit : « Jacob. ». il dit alors : « on ne t'appellera plus du nom de Jacob, mais Israël, car tu as lutté avec Dieu et avec les hommes, et tu l'as emporté. ». Jacob interrogea et dit : « indique-moi ton nom, je te prie. ». il dit : « pourquoi donc demandes-tu mon nom ? ». et là même, il le bénit. Jacob appela ce lieu du nom de Penouél ; « car, dit-il, j'ai vu Dieu face à face et j'ai eu la vie sauve. ». le soleil se levait sur lui lorsqu'il passa Penouél, et il boitait de la hanche.

 

Genèse, 32, 23-32

 

 

10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 08:57

antique et charnel souvenir, je vois trois sorcières à plumes qui font causette :

« Quel goût de cerise !..., dit l’une.

- Vous voulez dire de fraise des bois !..., reprend la seconde.

- De mûre sauvage ! », rétorque la troisième.

et, le temps d’une saison, s’éloignent du foie de Prométhée

 

6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 10:55

il est absolument indubitable que la vie a sa logique – oui !

il est tout aussi absolument indubitable que la logique de la vie n’est pas

la logique de la logique