Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 15:18

c’est une vieille fontaine qui sans être bouchée jamais

déborde tout le temps de son eau pure et fraîche.

discrète elle s’est couverte de mousse, et c’est maintenant moins

preuve d’homme et de pierre que de la terre généreuse

 

qui donne au marcheur toujours

et sans cesse et sans cesse

une eau neuve.

3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 15:03
voici ma part – elle est petite et passagère, mais c’est ma part, je l’offre à tous,
sans reculer :
j’entreprends de revenir aux choses simples, aux formes élémentaires,
            sans chercher l’artifice d’un angle droit
            c’est quelque chose de fragile et de nourrissant que je veux faire
            de fertile, et qui ne s’impose pas, protégé des regards par une peau un peu ferme
et un peu dure
 
            j’entreprends de revenir au simple et à l’éternel
- comme à l’œuf
 
l’œuf, qui en sa forme même, est limite et mesure : modération de la faim, de la force, protection de la vie avant son éclosion, don de coquille
en l’acceptation de la fêlure
- vrai commencement de l’espace :
 
œuf
lieu 1
 
car de la poule ou de l’œuf, de l’homme ou de l’œuf, du ciel ou de l’œuf, c’est
toujours l’œuf qui est là le premier, l’œuf
comme un premier prénom de Dieu :
 
œuf
dieu 1
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 14:55
pauvre fidélité au Verbe

dans la gloire du Chiffre
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 14:45
oiseau1.JPG

l'oiseau, septembre 2007

oiseau3.JPGoiseau4.JPG
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 13:26
1.
ne prête plus poète
ton oreille distraite au bruit
de la cloche fêlée le soir

mais tard bien tard entends
le cri d'un enfant dans la nuit

2.
c'est toi l'enfant le cri c'est toi
si tu veux c'est toi toi l'enfant
toi la douleur toi la terreur
toi la nuit tout entière
toi le petit qui crie là-bas
tu entends tu comprends c'est toi

tu l'as bue la mélancolie du monde
bu et mangé la souffrance divine

au matin ton chant sonnera matines

3.
donne aux hommes ton chant
ton chant vent frais ton chant sang neuf

à la louange du Seigneur
donne-leur
tes mots de nuit comme du pain
du lait du miel un oeuf