Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 23:01

la nappela nappe.

 

- le sang, c’est le pire.

- avec le chocolat peut-être.

- et le vin.

- le vin, c’est inévitable.

- à chaque fête, on y a droit.

- alors que le sang.

- le sang, c’est plus rare.

- oui, c’est plus rare.

- pour une fête.

- c’est plus rare, mais.

- mais, c’est vrai, le sang.

- oui, le sang.

- le sang, c’est le pire.

24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 23:00

peccatum ultimumpeccatum ultimum.

au ciné aujourd'hui foule voit
en 3D Avatar :
d’autres corps dans l’espace

sont heureux : Mère Nature règne

mais vient l’Homme (et sa haine)

tout tuer : chassons-le !

 

moi aussi je voudrais maintenant

dire à l’humanité :

assez ! finissons-en

 

l’Irréalité noiera nos yeux

- moi aussi je voudrais

être un grand machin bleu.

24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 22:59

il fait froidil fait froid.

il fait froid
on annonce plus froid encore

une masse d’air froid venue de Sibérie
chue jusqu’à nous

mais peut-être viendra-t-elle
non pas portée par les vents

non pas venue du Grand-Nord
non pas de l’Extrême-Est

mais montant
du tréfonds de nos âmes glacées

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 22:58

le vin foule vin fou.                                               in memoriam N. B.

j’ai bu le vin le vin
de la folie j’ai bu
car mon amie est morte

pendant que meurt la vigne
qui donne le vin fou
bois bois – Nelly n'est plus

or vivre ne fut vain
elle aima elle fut
Nelly Nelly Nelly

à mort chiffres et signes
que l’ivresse me drape
que la folie m’escorte

ô grains de mon cœur grappe
on vous broie videz-vous
qu’on boive mon sang lie

je vois un violon cep
il chante un vin silence
amer et généreux

Didon vient me hanter
sa plainte me déchire
où est Doña Musique?

je bois à ta santé
au repos de tes restes
à nos moments heureux

et puis j’entends ton rire
comme un vieux bruit de porte
offrant les Amériques

à toi salud à toi
fraternidad à toi
rêve et verre brisés

je bois – dernier baiser
de l’ami à la morte
avant l’oubli de tout

tout jusqu’à la folie
car pour Nelly Nelly
il a bu le vin fou

22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 22:57

l'entrevuel'entrevue.

 

Elle se servit, dans l’assiette d’argent, et se régala.

 

Dès son arrivée, il avait compris que les choses n’iraient pas comme elles devraient aller. Quand il était allé la chercher en voiture à la gare, et qu’ils avaient pris la route de la colline, elle avait dit en voyant la petite chapelle, en bas, au milieu de la plaine :

Oh ! qu’elle est belle ! C’est tout à fait San Giovanni, en Toscane, tu te souviens ?

Alors qu’il était évident que ce n’était pas San Giovanni, en Toscane. C’était Notre-Dame-du-Verbe, au milieu de la plaine.

 

Et puis, il lui avait présenté l’enfant, avant le dîner. Et elle avait dit :

Oh ! qu’il est beau ! Ce sont tes yeux, vraiment.

Alors que ce n’étaient pas ses yeux. C’étaient les yeux de l'enfant, grands, marron, impatients.

 

Et pour qu’elle voie et comprenne, il s’était saisi du couteau, s’était arraché les yeux, et les lui présenta dans l’assiette d’argent.

 

Il sut enfin sa beauté, et l’aima.

 

Elle mourait ainsi, empoisonnée.