Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 23:19

une voixune voix.

 

une voix à travers nos voix
une voix chantante au cœur de nos voix qui parlent
plus que parole et moins que souffle

quelqu’un d'autre est là
poète de tout

musique

1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 23:18

prièresprières.

 

j’attendais

j’ai jeté des cailloux
dans la mare aux grenouilles
– que vienne une réponse

j’ai jeté ma bouche
à la bouche des filles
– que vienne une réponse

j’ai jeté l'aïeul
au fond d’un lit de gouffre
– que vienne une réponse

j’ai jeté mon foutre
dans la nuit de ma femme
– que vienne une réponse

j’ai jeté de mes amis
les cendres froides au vent
– que vienne une réponse

et

neuve poignée de foin au feu
dans le poème rejetant
mes simples énigmes
enfin crépite
la solution des flammes:

sur la petite mare
navigation de tous les astres

pour chaque baiser
mon achèvement élargi

cœur des cercles
cœur des ondes
l’amour fixe

et voie lactée
sillon des heures sperme du temps
et cendres
nourriture de l'herbe

pour la voix perdue de l’aïeul
le cri de mon enfant

31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 23:17

la promesse incendiairela promesse incendiaire.

 

que d’appels au départ

toujours repris ! toujours semblables !

 

ne crois pas que les vents bégaient

 

et non plus ne tiens

l’air et l’étincelle

comme une pierre tombale

sur tes mains

30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 23:15

deux toiles de Courbetdeux toiles de Courbet.

au musée d’Orsay on peut voir
deux toiles de Courbet

il y a l’Atelier du Peintre
il y a Un Enterrement à Ornans

ce sont deux œuvres immenses
où dominent le marron et le noir

sur la toile dans l’Atelier
une toile contient le monde dehors

dans l’Enterrement la foule des hommes
au bord du trou s’attroupe et prie

et la toile et le trou sont pareils
aspirateurs de la vie

on en a le souffle coupé
on se tient devant deux tombes verticales

l’âme se dilate
avale la lumière
la mort dévale

on s’en va

29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 23:14

une ligne à peine noireune ligne à peine noire.

 

bleu de la nuit

bleu de la montagne

 

qu’une ligne à peine noire

qui sépare

la matière de l’une

de

la matière de l’autre

 

qu’une ligne

entre espace et roche

que le regard suit

 

qu’il l’oublie !

et l’on escaladera le ciel

et la nuit pèsera plus lourd

immense tombe sur nos âmes

 

on mourra fou

on mourra fou

on ne tiendra pas

 

si on oublie le regard

si le regard nous oublie