Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 12:07

il faut porter à bout de bras

cartons de livres tringles meubles

pour les descendre tout en bas

le camion est garé juste au pied de l'immeuble

 

on se croise on sourit on porte

ensemble ce poids de la vie

gentiment on se tient la porte

le camion est juste assez grand à mon avis

 

c'est fou tout ce que l'on entasse

quand je suis arrivé ici

je n'avais rien - dit-il - la place

est venue à manquer - le camion se remplit

 

il fait froid on est fatigués

la représentation s'achève

le décor est bien arrimé

le camion va partir - d'autres rideaux se lèvent

27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 09:12

je sais de lui peu de choses

qu'il fut médecin en Corse

qu'il savait le nom des roses

l'allemand l'hébreu le morse

 

qu'il partit en Algérie

qu'il aima deux ou trois femmes

qu'il fuyait nos féeries

pleurait seul souffrait de l'âme

 

qu'il embrassa tout au bord

d'un lac un arbre très grand

c'est sous un train qu'il est mort

je ne l'ai pas vu souvent

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 10:08

   "La France regorgeait de mécontents prêts au signal, mais l'égoïsme des uns, la lâcheté des autres, la fureur du despotisme dans les derniers jours, la foule des pauvres qui mangeaient la cour, le crédit et la crainte des créanciers, le vieil amour des rois, le luxe et la frivolité des petits, et l'échafaud; toutes ces causes réunies arrêtaient l'insurrection.

   La misère et les rigueurs de l'année 1788 émurent la sensibilité. Les calamités et les bienfaits unirent les coeurs; on osa se dire qu'on était malheureux, on se plaignit.

   La sève des vieilles lois se perdait tous les jours. Le malheur de Kornman indigna Paris. Le peuple se passionnait par fantaisie et par conformité pour tout ce qui ressentait l'infortune. On détesta les grands qu'on enviait. Les grands s'indignèrent contre les cris du peuple. Le despotisme devient d'autant plus violent qu'il est moins respecté ou qu'il s'affaiblit. M. de Lamoignon qui redoutait les parlements les supprima, les fit regretter: ils se rétablirent. M. Necker vint après, qui multiplia les administrations pour accréditer les impôts, qui se fit adorer, appela les Etats, rendit le peuple altier, les grands jaloux, et mit tout en feu: on bloqua Paris; c'est alors que l'épouvante, le désespoir et l'enthousiasme saisirent les âmes; le malheur commun ligua la force commune; on osa jusqu'à la fin, parce qu'on avait osé d'abord; l'effort ne fut point grand, il fut heureux; le premier éclat de la révolte renversa le despotisme. Tant il est vrai que les tyrans périssent par la faiblesse des lois qu'ils ont énervées."

 

Saint-Just, l'Esprit de la Révolution, Première Partie, Chapitre Premier: Des pressentiments de la Révolution, 1791.

 

 

24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 09:56

Zilu interrogea Confucius sur l'art de gouverner. Le Maître dit: "Donnez-leur l'exemple, encouragez-les." Zilu lui demanda de développer. Il dit: "Sans relâche."

Entretiens de Confucius, XIII, 1.

23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 09:53

"Le Maître dit: "Celui qui fonde son gouvernement sur la vertu peut se comparer à l'étoile Polaire qui demeure immobile, cependant que les autres étoiles tournent autour d'elle."

 

Entretiens de Confucius, II, 1.