Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 14:11

on avait fait le tour des vignes

pas un s'était fait embaucher

un grand rouquin nous a fait signe

on s'est doucement avancés

 

Moi j'ai du travail venez-voir

on a suivi ce grand bonhomme

pour la clarté de son regard

qui nous tirait du mauvais somme

 

Matthieu a dit Ouais mais la paye

la paierez-vous il est si tard

Je paie chaque heure de soleil

le prix d'un jour de l'aube au soir

 

son vin coulait dans nos oreilles

la nuit montait auguste et noire

foulant nos coeurs grappes vermeilles

sa parole était un pressoir

 

on l'a suivi dans son domaine

celui pour qui l'heure vaut jour

j'étais comme un agneau qu'on mène

jusqu'à sa mère au lait d'amour

 

le lendemain taillant la vigne

frais et dispos comme outres neuves

dans nos mains se creusaient des lignes

aussi profondes que des fleuves

12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 13:22

aujourd'hui les enfants

n'oubliez pas vos gants

dehors il fait bien froid

 

avant la fin du jour

n'oublie pas mon amour

de rapporter du pain

 

la soupe sent le miel

verse des grains de sel

au pull taché de vin

 

j'aime sur moi ta main

bonne nuit à demain

qu'il fasse grand soleil

25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 10:41

il fait gris

dieu vient de naître

il fait gris et c'est beau

12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 15:54

la mémoire du combat fait partie du combat

2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 21:06

leur dire qu'il n'y a pas

de théâtre sans joie

pas plus que de pain

sans eau ni farine

 

leur dire qu'il n'y a pas

d'acteur sans homme

de lumière sans regard

ni de regard sans lumière

 

leur dire qu'il n'y a pas

de scène sans le monde

qui tourne dehors et son

murmure comme un ruisseau

 

leur dire qu'il n'y a pas

au théâtre d'homme sans

parole de parole dépourvue

de sang et d'ombre

 

leur dire qu'il n'y a pas

de masque sans vérité

de vérité sans blessure

et de blessure sans grâce