Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 09:13

1.

L'homme contemporain ne supporte pas l'idée d'être un petit.

2.

Sentant pourtant qu'il est bien des choses qui le dépassent et l'écrasent, l'homme contemporain rapetisse les choses qui l'entourent pour les mettre, non à sa hauteur, mais plus bas que lui. Ainsi tente t-il de faire de la mort, comme de l'amour.

3.

Les vieux moyens de ce rapetissement du monde et des choses, des êtres et des sentiments, sont l'humiliation, la bouffonnerie, le cynisme. Mais le moyen propre à l'homme contemporain est le sympa.

4.

Le sympa ne doit pas s'entendre comme l'abréviation du sentiment de sympathie (ou de l'adjectif sympathique); il est, on peut dire, la traduction francophone du cool amércain.

5.

Le sympa n'est pas l'équivalent du divertissement pascalien; il est un formol permanent, un anesthésiant de l'âme, qui évite à l'homme d'être l'homme, en amolissant les rapports humains, en nimbant tout naufrage d'un halo. Au contraire de l'hydre, dont les cibles vont se multipliant à mesure qu'on les frappe, c'est un monstre de brouillard contre lequel on n'a aucune prise.

6.

Je cherche parfois un canif contre lui, contre lui j'aiguise mes canines. Mais c'est un piège du sympa. Qui montre les crocs ou dégaine face au sympa, devient inexistant au monde. On le rejette, on l'efface, on le détruit.

7.

La seule arme face au sympa (qui mêle en lui mensonge, couardise, servilité) est la sainteté, parce que la vraie joie et la vraie bonté sont les seules lames et les plus tranchantes et les plus souples qui soient. Le sympa n'a d'autre choix que d'éviter le saint ou de se laisser percer par lui.

8.

De tout ce qui précède il résulte qu'il nous faut aujourd'hui des saints fiers de leur petitesse, totalement mêlés au monde, acceptant en des temps désespérants le désespoir de n'être jamais assez saints parce que ne désespérant jamais de Dieu, et en cela parfaitement bons et joyeux - afin que la vérité ne meure pas et que l'homme soit sauvé.

commentaires