Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 14:28

et maintenant, poétesse Poésie, cela suffit, plus de mensonges, assez de dire et dire encore un monde qui ne demande plus qu’à être vu, léché par nos pupilles,

qui ne fait que sa montre sur tous les écrans – plats comme des trottoirs de la Cité Partout. La partouze est générale et

nous sommes sans voix dans la barbarie et le viol tranquille et permanent de tout ce qui est beau et pur, de la chair sainte :

l’on crache sur l’honneur d’être homme et sur l’honneur de l’honneur, la parole est cadavre, l’on se déguise et l’on s’amuse sans cesse de ses oripeaux

- lors, que ferons-nous, dites, frères ?

car dans les cris, qui entendrait notre amour ? puisse donc le silence se faire lutte et toi, folle beauté, soit notre arme :

retournons à la guerre ; non de gaîté de cœur et la fleur au fusil, la bouche pleine de slogans – mais simplement, allons, parce qu’il le faut,

et parce qu’on ne choisit pas son ennemi quand il nous a choisis, déjà

allons, sans nous réjouir du combat. mais que le combat, lui-même, soit la joie

- lors, que ferons-nous, dites, frères ?

la guerre, donc

elle se composera de plusieurs actes – acte I : ne plus jouer la comédie : nous avons froid réellement, de ce froid qui, dans la mort de toute chose, est notre présent mais

nous sommes vivants

acte II : vivre, acte III : vivre, acte IV : vivre, acte V : vivre

- lors, que ferons-nous dites, frères ?

je dis : à nous deux, la vie vraie

que les ânes gardent la lyre à la patte, nous nous sommes jà entaillés la poitrine pour loger la musique entière

- lors, que ferons-nous, dites, frères ?

je dis : nous chanterons - voici que nous venons vous annoncer une grande nouvelle : la réalité

la réalité trois fois sainte et simple, la magnifique

voici que nous vous annonçons la révolution très ancienne et le retour à l’ordre du grand univers

NON JAM DICERE : FACERE

commentaires