Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 13:13

il y a le Veilleur funambulant dans l'attente de la lumière du cinématographe flamme qui lui annoncera que Troie est prise que la guerre est gagnée que les démocrates aussi savent détruire que le roi va revenir

il y a un homme déguisé en lapin c'est le coryphée avec un choeur silencieux de petits lapins en plâtre c'est nous taiseux qu'on fouette pour qu'on se taise ridicules choses faussement mobiles

il y a Egisthe l'usurpateur le tyran le sadique l'homme sans amour l'homme à la culotte de cuir dont on voit le cul qui se remue qui déplace les choses qui fouette et qui tue

il y a Agamemmnon qui est un homme atteint de trisomie qui chante un son qui sort de sa bouche dans un micro qui est heureux de faire la star d'être la star et vraiment il l'est qui sourit de ce sourire sans mauvaise gloire de ce sourire énigmatique des trisomiques signe solennel de ces hommes-sphynx qui ne cessent de nous demander qui eux et nous

sommes

il y a Cassandre dans sa caisse de verre comme un foetus avorté dont on humilie publiquement la prophétie dont on n'empêche la naissance et qui parle quand même dedans sa cage qui bouge quand même dedans sa cage qu'on entend quand même

il y a la grosse Clytemnestre féminine dans sa chair débordante tressautante dans le rire devant le cadavre du roi défunt monstrueuse nature d'où nous venons

il y a tous les meurtres qu'on ne voit pas

le seul qu'on voit souffrant qu'on voit battu c'est le lapin le chef de choeur le peuple qui parle qui veut raconter qu'on veut faire taire et qui tient bon jusqu'au bout en disant à la souffleuse lui reprochant de ne pas dire le bon texte qu'elle aille se faire enculer

il tient bon pour redire l'histoire de la petite Iphigénie de la petite Alice de la petite innocente que le roi qu'il aimait tua

le bruit est insupportable le bruit est insupportable je me bouche les oreilles

et tout d'un coup il y a une messe neuve un rite premier

un monde en travaux avec de la poussière du plâtre tout est pâle blanc les corps sont nus c'est le matin sous le sfumato de l'assassinat qui se prépare de la mauvaise justice qui vient du sang qu'on sent déjà

où apparaissent Pylade et Oreste

il n'y a plus un bruit un silence total total

des gestes lents

le meurtre pudique derrière une tenture blanche du REGICIDE

le meurtre pudique derrière une tenture blanche de MOTHER

le surgissement d'un bouc sanglant suspendu dans l'air auquel on branche Oreste on croit

qu'on va assister à une transfusion sanguine mais

le souffle d'Oreste fait s'écarter les côtes de la bête et Electre dit

LE ROI AGAMEMNON EST VIVANT

et c'est la tragédie parfaite Quand la vie des morts nous empoisonne la bouche Quand nous prêtons notre souffle aux morts Quand nous donnons trop de vie aux morts Quand nous inhalons l'air empoisonné des morts Quand nous ne laissons pas simplement leur chair pourrir et disparaître Quand nous exposons en l'air leur cadavre de bête

la Pythie parle à travers un hublot à travers l'Autre monde où sont les Puissances qui veulent mettre fin au cycle des meurtres

Apollon apparaît qui n'a pas de main qui trône immobilement Hermès est à ses côtés

il y a Oreste enfermé dans un cadran de verre sans chiffre ni aiguilles avec des singes qui tentent de lui donner le remords de ne plus être singe d'évoluer de patauger de s'en être allé patauger dans l'évolution dans l'histoire dans la merde et le sang et les mots de la merde et du sang

dans l'invention de la mort

mais non pour justifier le meurtre mais pour promettre qu'un jour le meurtre peut finir et la peine

Athéna la forte a délivré Oreste! Athéna notre mère nous a délivré de n'être que les fils de nos mères

et le clown amical qui nous sert de Pylade cesse de faire les cents pas devant la vitre du zoo où il attendait

la libération de l'homme

Orestie, de Romeo Castellucci - jeudi 14 janvier 2016, MC2 - Grenoble

commentaires