Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 15:20

"Il sortit dans le soleil et prit la piste qui menait, à travers le veld, jusqu'au réservoir et au champ où il avait éparpillé autrefois les cendres de sa mère. Il reconnaissait chaque pierre, chaque buisson le long du chemin. Il se sentait chez lui près du réservoir comme jamais il ne s'était jamais senti dans la maison. Il s'étendit pour se reposer, le manteau noir roulé en dessous de sa tête, contemplant la grande sphère du ciel au-dessus de lui. Je veux vivre ici, se dit-il; je veux vivre ici pour toujours, ici où ma mère et ma grand-mère ont vécu. C'est aussi simple que ça. Quel dommage que pour vivre en des temps comme ceux-ci, un homme doive être prêt à vivre comme une bête. Un homme qui veut vivre ne peut pas vivre dans une maison où il y a de la lumière aux fenêtres. Il doit vivre dans un trou et se cacher pendant le jour. Pour vivre, il faut qu'il ne laisse aucune trace de sa vie. Voilà où nous en sommes arrivés."

J. M. Coetzee,   Michaël K, sa vie, son temps (Life and Times of Michael K),

éditions du Seuil, 1983. 

commentaires