Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 17:03

Par le petit garçon qui marche avec sa mère

Tandis que des enfants s’abrutissent les nerfs

Par les congés conquis par le Front Populaire

Et par la foule immense immergée dans l’Histoire

Pour qu’un coin de ciel bleu déchire la nuit noire

Je te salue, ma rue

 

Par les slogans gueulés, par les murs qu’on a peints

Les affiches collées jusqu’au petit matin

Par tous les poings levés et par les coups - de main

Par le camp des gitans qu’on voit devenir miettes

Les promesses trahies promettant nos défaites

Je te salue, ma rue

 

Par la putain qui pleur’ au fond d’un’ camionnette

Le paysan pendu sur son grand champ de dettes

Par les chiens qui aboient quand l’étranger s’arrête

Par la caissièr’ fourbue que tous ont insultée

Par le fils dont le pèr’ vient de se fair’ virer

Je te salue, ma rue

 

Par la manif en marche, par la foule qui tonne

Sous les coups de matraqu’ dès que la charge sonne

Par le cri de Gavroche et le mot de Cambronne

Par le peuple debout et par nos peurs domptées

Les lendemains promis où d’autres vont chanter

Je te salue, ma rue

 

Par les deux chants du coq quand la nuit disparaît

Par tous ceux qui croiront au vieux rêve français

Par le blanc des lilas, le rouge des œillets

Par l’étendard sanglant élevé dans l’Histoire

Pour qu’enfin le ciel bleu défasse la nuit noire

Je te salue, ma rue

commentaires

bano 12/02/2014 20:18

je suis client !!! bravo pour ce travail.
si tu voulais être futile à la France et ben c'est gagné.
surtout ne change rien.
bises